Éco-construction et durabilité à la Saline Royale d’Arc-et Senans

Mis à jour le 23/10/2023

L’histoire du « cercle immense »

Depuis 1982, la Saline royale d’Arc-et-Senans est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle est reconnue comme le chef-d’œuvre de l’architecte visionnaire Claude Nicolas Ledoux (1736-1806). D’une part, c’est la première réalisation éco-construite et durable au monde à recevoir cette distinction. D’autre part, son modèle d’organisation du travail rationnel et hiérarchisé reflète un idéal de progrès.

Claude-Nicolas Ledoux naît le 21 mars 1736 à Dormans, bourg du département de la Marne, est le fils d’un modeste marchand champenois. Sa mère l’initie au dessin, ainsi qu’il le rapporte lui-même. Il est un architecte, urbaniste et utopiste français. Très actif de la fin de l’Ancien Régime, il fut l’un des principaux créateurs du style néoclassique. Beaucoup de ses constructions ont été détruites au XIXe siècle.

Un Festival des jardins

Pour commencer, la conception du plan de ce site industriel est exceptionnelle. D’ailleurs, l’architecte du XVIIIe siècle a inclus des jardins potagers pour subvenir aux besoins alimentaires des travailleurs. Depuis 2001, ces potagers ont été transformés en un Festival des jardins. En outre, c’est un projet pédagogique ambitieux et un véritable laboratoire du paysage qui attire chaque année de nombreux professionnels.

Puis, en juin 2022, le Festival des jardins a été inauguré dans un nouvel espace. Le Cercle immense reprenant ainsi le même nom choisi par Ledoux. Ce nouvel espace avait été conçu par le paysagiste Gilles Clément en collaboration avec l’agence Vincent Mayot et Leïla Toussaint.

De plus, cet aménagement a complété de manière paysagère la structure architecturale en demi-cercle déjà présente sur le site. En conséquence, l’œuvre offre une interprétation contemporaine de la vision de Ledoux, qui avait imaginé une ville en forme de cercle autour de sa manufacture.

Gilles Clément, né le 6 octobre 1943 à Argenton-sur Creuse, dans le département de l’Indre, est un jardinier, paysagiste, botaniste, entomologiste, biologiste et écrivain français. Il est l’auteur de plusieurs concepts qui ont marqué l’histoire du paysage. Parmi ses réalisations, on peut citer le jardin du quai Branly ou le parc André-Citroën à Paris. Il est également l’auteur de nombreux livres.

Gestion du projet

Pour continuer, cet aménagement a été conçu pour les passionnés d’architecture et de jardins. Il met en avant le tout nouveau « cercle immense » soigneusement agencés, qui désormais est ouvert au public depuis le 4 juin 2022.

De plus, ce projet est comme un reflet avec une allée circulaire identique reproduite en face de l’existant. En d’autres termes, cette section a été baptisée « la promenade comestible ». Elle abrite un verger comprenant 140 arbres fruitiers, plantés dans l’ordre de leur fructification*. Par ailleurs, près de la maison du directeur, une grande prairie fleurie a été aménagée pour accueillir des spectacles.

Avant toute chose, Vincent Mayot explique que « Aucune excavation* n’a été effectuée. Nous avons simplement travaillé le sol et laissé la végétation pousser dans la prairie ». En conséquence, dix nouveaux jardins composent la deuxième moitié du cercle, tandis que onze autres sont régulièrement conçus par des étudiants.

Respect de la biodiversité et de la durabilité

Après cela, l’équipe a sélectionné des plantes, indigènes et non indigènes. C’est pourquoi, leur résilience face aux changements climatiques et leur contribution à la biodiversité locale étaient primordiales. Le choix entre espèces autochtones ou non est sujet à débat en aménagement paysager. Certaines espèces, comme le chêne, ont réussi à s’adapter malgré leur origine non locale. L’essentiel est de préserver l’équilibre naturel et la diversité des strates végétales pour une meilleure adaptation aux changements environnementaux.

Pour conclure, à l’emplacement des bâtiments historiques, des jardins de la même superficie que les structures d’origine ont été aménagés. Les jardins éphémères ont été préservés. Ils ont été retravaillés par de jeunes étudiants. L’objectif est de présenter des conceptions paysagères, contrairement à la constante rénovation de ces jardins dans le passé. En outre, les jeunes paysagistes sont guidés par un thème spécifique.

Cette approche s’inscrit parfaitement dans la vision de la Saline Royale : un laboratoire végétal intégrant l’expérimentation, l’économie circulaire*, la pédagogie, et un engagement en faveur de la haute qualité environnementale.

Que retenir ?

Cette initiative transforme l’espace de la Saline Royale de manière intelligente. Les anciens bâtiments historiques ont cédé la place à des jardins pédagogiques, préservant l’héritage architectural tout en favorisant l’éducation. Les jardins éphémères sont désormais préservés et améliorés par de jeunes paysagistes, considérant ces espaces comme des œuvres évolutives et expérimentales.

Ce projet marie habilement l’expérimentation, l’économie circulaire, la pédagogie et un engagement profond pour la haute qualité environnementale. Il illustre comment l’innovation et la durabilité s’intègrent harmonieusement dans un site historique, préservant sa valeur éducative et environnementale pour les générations futures.

Définition

  • Fructification : La fructification désigne la formation ainsi que la production du fruit depuis sa conception jusqu’à sa maturité.
  • Excavation : L’excavation est une expression du langage courant qui désigne l’action de creuser un terrain, un sol, et son résultat.
  • Economie circulaire : L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à lire cet article sur le cercle immense.

Cet article vous a plus ? Venez voir notre blog pour découvrir l’ensemble de nos articles ! 

Célya

Suivez et likez nos pages :